Banque-Assurance : le durable et responsable font toujours recette

Publié le mercredi 23 novembre 2011,
par FT

L’observatoire de la Banque-Assurance de Kantar média a révélé les résultats de son enquête en 2011 avec en point d’orgue la relation client ! Détails...

2
0
0
0

Banque-assurance : La relation client avant tout !

Mardi 22 novembre, Kantar média a dévoilé les résultats de son Observatoire de la Banque Assurance pour l’année 2011.

Ainsi, pendant une année, l’observatoire a décrypté la communication du secteur Banque-Assurance afin d’en étudier les variations au regard de la situation actuelle.

Et sans surprise, c’est la relation client qui est placée en tête des enjeux du secteur Banque-Assurance pour cette année 2011 alors que les doutes sur la solvabilité de ce secteur en Europe plane tel une épée de Damoclès risquant de s’abattre à tout moment.

Ce nouveau rapport indique que les assureurs et les banquiers cherchent aujourd’hui à renforcer cette relation autours de quatre piliers :

- Le purisme, fondé sur des valeurs d’intégrité d’une relation nouvelle.

- L’altruisme, c’est à dire la valorisation des relations humaines et solidaires.

- L’optimisme, afin de continuer à se projeter dans le futur malgré le contexte actuel.

- "L’épicurisme", basé sur la consommation immédiate et les nouvelles technologies que sont Internet et la téléphonie mobile.

La publicité va bon train...

C’est donc autours de ces nouvelles valeurs que se sont concentrés les messages publicitaires des banquiers et assureurs en forte progression en 2011.

En termes d’investissements publicitaires, le secteur Banque-Assurance a connu une croissance soutenue cette année avec +8,6% (contre +6,2% pour l’ensemble des secteurs), la particularité du secteur vient du dynamisme de la presse +14,7% ( contre +4,5% tout secteur confondus) et de l’affichage +6,1% (contre -1,7%) [1].

Ainsi, les banquiers ont investit massivement cette année (+12,40% par rapport à l’an dernier), en privilégiant la communication corporate [2]. (+53,2% en un an !). La société générale et le crédit mutuel ont notamment dépenser plus de 40 millions d’euros bruts chacun pour redorer leur blason.

Côté assureurs, la progression est plus faible (+2,1%) et favorise la communication commerciale où les valeurs mutualistes sont souvent mises en avant.

La bataille de l’image est donc cruciale dans ces périodes troubles et le secteur de la Banque-Assurance l’a bien compris.