Crédit et Epargne : La Banque de France rappelle à l’ordre les banques

Publié le mercredi 23 janvier 2013,
par FT

La Banque de France par la voie de son gouverneur rappelle les banques à l’ordre : pas de durcissement des conditions d’octroi des crédits aux PME, une agressivité commerciale mesurée concernant la recherche de nouveaux clients, face à la concurrence portant sur le livret A.

2
0
0
0

Noyer appelle les banquesà ne pas restreindre les crédits aux PME

Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a appelé les banques à ne pas restreindre les crédits aux PME et aux ETI (entreprises de taille intermédiaire), tout en soulignant que la demande avait reculé au cours des derniers mois.

"Les crédits de trésorerie doivent en particulier demeurer suffisamment disponibles et leurs conditions d’octroi ne pas être systématiquement durcies", a déclaré M. Noyer à l’occasion de sa cérémonie de voeux.

Noyer appelle les banquesà ne pas restreindre les crédits aux PME Selon une étude de la Banque de France publiée la semaine passée, 6% des PME ont fait une demande de crédit de trésorerie au quatrième trimestre 2012, contre 7% autroisième trimestre et 8% au deuxième.

Parmi les PME qui ont sollicité un crédit de trésorerie lors des trois derniers mois de 2012, seules 62% l’ont obtenu.

"Je vous invite donc à éviter, de façon générale, une poursuite du fléchissement de l’offre qui aggraverait lasituation des entreprises et rendrait plus difficile le nécessaire redressement de la conjoncture", a insisté Christian Noyer.

Epargne : Pour une agressivité commerciale mesurée sur le livret A et l’assurance-vie

Epargne : Pour une agressivité commerciale mesurée sur le livret A et l'assurance-vie Le gouverneur de la Banque de France a aussi appelé les banques à "faire preuve de prudence et de responsabilité dans la recherche des ressources clientèle", face à la concurrence du [a[Livret A]a] et du Livret de développement durable ([a[LDD]a]) dont les plafonds ont été récemment relevés.

Il a notamment mis en garde contre des offres commerciales agressives et souhaité qu’il soit "tenu compte des conditions de marché pour fixer le niveau de rémunération des produits financiers, bancaires comme d’[a[assurance-vie]a]".

Crédit et Epargne : La Banque de France rappelle à l’ordre les banques banque, finance, entreprise, Livret A 2013 Super Livret