Economie d’énergie : Et si on éteignait la lumière la nuit ? Et le jour aussi alors ?

Publié le lundi 26 septembre 2011,
par FT (avec AFP)

Economie d’énergie : Visiblement en panne d’idée, les vieux serpents de mer font leur retour. Ainsi le sujet, déjà de nombreuses fois débattues, sur l’obligation d’extinctions des enseignes lumineuses de minuit à 6 heures du matin fait son retour... Il faut nous préparer les élections approchent.

2
0
0
0

Efficacité énergétique : et si on éteignait les enseignes lumineuses la nuit ?

"Rendre obligatoire les extinctions d’enseignes lumineuses de minuità 6 heures du matin", telle est l’une des propositions actuellement débattues à la demande du gouvernement pour réduire les consommations d’énergie en France.

Cette idée déjà longuement débattue est pour le moins populaire, les élections approchant, nul doute que de nombreuses idées de ce type nous seront servies au fil des semaines.

La publicité ne plaît à personne. Eteindre tout simplement les enseignes lumineuses convient à tous, sauf aux annonceurs évidemment.

D’autres points pourront être également évoqués, comme l’éclairage public, un gaspillage d’énergie colossal. Ainsi l’éclairage public des routes et autoroutes a montré son inefficacité, menant jusqu’à son dangerosité. La Belgique, dans toutes les autoroutes sont éclairées la nuit, ne connaît pas de meilleures statistiques routières que dans les autres pays.

Economie d’énergie : Les enseignes lumineuses interdites la nuit, mais autorisées le jour ?

Le gouvernement tente néanmoins de rassurer sur le sérieux de cette proposition d’éteindre les enseignes lumineuses la nuit. Certains, sans doute sceptiques sur cette mesure, se demandent pourquoi il serait interdit de les allumer la nuit mais autorisé de les allumer en plein jour ?

"Ce n’est pas un simple gadget, car cela pourrait permettre d’économiser une valeur estimée à 0,2% de la consommation globale d’électricité et qui ne coûterait rien", assure Pierre-François Mourier, président du groupe de travail chargé des entreprises, vendredi en marge d’une conférence de presse.

Cette proposition figure parmi la quinzaine de suggestions, certaines faisant consensus parmi les participants, d’autres non, discutées au sein de la table ronde pour l’efficacité énergétique lancée fin mai par le ministère de l’Ecologie pour des propositions définitives attendues à la mi-novembre.

Economie d’énergie : On n’a pas de pétrole, mais on n’a pas de pétrole !

Le slogan bien connu "On n’a pas de pétrole, mais on a des idées" est daté maintenant. Les idées de réduction d’énergie semblent bien futiles, alors que tout pousse vers la consommation en ligne, Google, avec ses 80 0 000 serveurs consommant à lui-seul 0,01% de la production énergétique mondiale, les réductions d’énergie les plus importantes à faire ne sont pas forcément liées aux installations du passé.

Dans le groupe cherchant des pistes pour "réduire les consommations et les factures" énergétiques des ménages, les propositions principales concernent le logement. L’ambition affichée est notamment de conforter "les outils qui existent" comme l’éco-prêt à taux zéro, "pour qu’ils soient plus efficaces", a indiqué la présidente de ce groupe, Michèle Pappalardo.

"Un ménage français dépense en moyenne 2.900 euros par an en énergie", a rappelé la ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet.

"Travailler sur l’efficacité énergétique, c’est améliorer le pouvoir d’achat des ménages et aussi travailler sur la compétitivité des entreprises", a-t-elle ajouté.

Des propositions visent ainsi plus spécifiquement les entreprises et d’autres les collectivités locales, comme celle d’aider à la rénovation de l’éclairage public. Les propositions, une fois arrêtées à la mi-novembre, seront soumise à une consultation jusqu’à la mi-décembre pour déboucher sur des mesures qui doivent applicables à partir de début 2012.