Fraude : Attention à vos "amis" !

Publié le mardi 21 février 2012,
par FT

L’Association française des usagers des banques (Afub) a dénoncé lundi une fraude de plus en plus importante : "la fraude au chèque à l’amitié". En ces périodes troubles, il faut donc même faire attention à vos proches ! Détails...

2
0
0
0

"La fraude au chèque à l’amitié"

Lundi 20 février 2012, l’Afub (Association française des usagers des banques) a mis en garde le public contre une nouvelle forme de fraude : "la fraude au chèque de l’amitié".

Le mécanisme escroquerie est simple : un individu affirme avoir un chèque qu’il ne souhaite pas déposer à la [a[banque]a] car il a besoin immédiatement de l’argent et que la somme mettrait trop de temps à être crédité sur son [a[livret A]a]. Il demande alors à un ami de prendre le chèque pour le déposer sur son compte et de lui rendre une somme identique en espèces ou par virement une fois le chèque crédité sur le compte, soit 3 ou 4 jours après le dépôt.

Le problème c’est qu’une semaine après, la [a[banque]a] appelle celui qui a déposé le chèque pour lui dire qu’il s’agit d’un chèque volé ou en bois et le compte de ce dernier est débité.

D’après le secrétaire général de l’Afub Serge Maître, ce genre de fraude touchait au début principalement des étudiants pour des sommes allant de 500 à 1.000 euros mais est entrain de s’étendre plus largement aujourd’hui.

"L’écriture bancaire" au coeur du problème

L’Afub constate "un systématisme depuis quelques mois, avec des montants préoccupants", parfois supérieurs à 5.000 euros par fraude. Dans ces cas, il s’agit plutôt de personnes flouées au cours de relations commerciales.

En six mois, l’association a reçu 150 plaintes liées à ce type d’escroquerie, soit trois fois plus qu’au cours des six mois précédents. Selon ses estimations, 4.000 personnes en auraient été victimes.

L’Afub conseille donc d’être prudent. "La confiance, ça se mérite, il ne faut pas l’accorder trop légèrement", souligne Serge Maître, et "ce n’est pas parce que l’argent apparaît sur son compte que l’on en a la disponibilité car une banque se reconnaît au moins trente jours pour annuler une écriture".

"Dans certains cas, les victimes peuvent se retourner contre la banque si cette dernière omet de préciser que le compte est crédité sous réserve d’encaissement", précise-t-il.