HSBC : +28 % de bénéfice en 2011 !

Publié le lundi 27 février 2012,
par FT

La banque britannique HSBC a publié des résultats 2011 exceptionnels avec un bénéfice en hausse de 28 % ! Détails...

2
0
0
0

HSBC : 12,5 milliards de bénéfice en 2011

Lundi 27 février 2012, la banque HSBC a révélé les chiffres de son exercice 2011, avec à la clef un bénéfice net de 12,5 milliards d’euros (16,8 milliards de dollars précisément) soit une hausse de 28 % en seulement un an !

C’est notamment grâce à l’impulsion de son implantation en Asie et dans les différents marchés émergents que la banque britannique a pu réaliser une année 2011 aussi florissante.

En effet, malgré son désengagement du marché américain et les répercussions de la crise européenne, le groupe a enregistré un résultat très positif grâce à des performances solides sur les marchés à forte croissance, avec une hausse de 12 % des revenus en Asie, Amérique latine, Moyen-Orient et en Afrique du Nord, qui représentent désormais 49 % des revenus du Groupe.

Stuart Gulliver, directeur général du groupe, a d’ailleurs salué "une forte performance dans les marchés de croissance et une année record dans l’activité de banque commerciale".

HSBC : la restructuration continue malgré les bons résultats

La banque commerciale a dégagé près de 36 % du bénéfice avant impôts d’HSBC en 2011 (contre 32 % en 2010).

La banque d’entreprises a enregistré une année record avec un résultat avant impôt en hausse de 31 % à 7,9 milliards de dollars. Un accroissement qui compense les pertes de la banque de financement, d’investissement et de marché qui recule de 24 % à 7 milliards de dollars avant impôts.

Le coefficient d’exploitation passe lui de 55,2 % à 57,5 % et le fameux ratio Core tier 1 à 10,1 % (contre 10,5 % en 2010).

Bonne nouvelle pour les actionnaires, les dividendes déclarés pour l’exercice 2011 augmentent de 14 % à 0,41 par action et le bénéfice par action augmente de 26 % à 0,92 dollar.

Malgré des résultats exceptionnels, HSBC va continuer son plan de restructuration qui prévoit la suppression de 30 000 postes d’ici à 2013 (presque 10 % de ses effectis totaux), suppressions qui seront à moitié compensées par l’embauche de 15 000 personnes sur les marchés émergents.