Les banques françaises, nouvelles victimes des serial noteurs !

Publié le mercredi 14 septembre 2011,
par JG

Moody’s a rendu aujourd’hui son verdict sur la dégradation des notes de deux banques françaises. Résultats, le Crédit Agricole et la Société Générale ont vu leurs notes abaissées. BNP Paribas ne voit pas sa note dégradée, pour le moment. Détails...

2
0
0
0

Moody’s dégrade la Société Générale et le Crédit Agricole.....

Mercredi 14 septembre 2011, l’agence de notation anglo-saxonne Moody’s a délivré le verdict de son examen sur les trois banques françaises, Société Générale, Crédit Agricole et BNP Paribas. Et c’est sans surprise que les notes de la Société générale et du Crédit Agricole ont été abaissées d’un cran. De son côté, et de manière plus inattendue, BNP Paribas a réussi a passer entre les gouttes et conserve sa note.

Au niveau des détails, la note de la dette à long terme et des dépôts de la Société générale a été abaissée de Aa2 à Aa3 pour : "intégrer une modification du support dont bénéficierait la banque en cas de difficultés en tant qu’établissement systémique".

Sur le Bank Financial Strength Rating (BFSR, "solidité financière bancaire intrinsèque") Moody’s indique que la surveillance devrait se limiter à un cran.

En ce qui concerne le Crédit Agricole, le BFSR a été abaissée d’un cran de C+ à C et la note de la dette de long terme et des dépôts a été déclassée de Aa1 à Aa2.

Dans tous les cas, Moody’s indique dans son communiqué qu’elle laisse les trois banques françaises sous surveillance avec des perspectives négatives, c’est à dire la possibilité d’une nouvelle dégradation dans quelques mois.

.......Mais épargne BNP Paribas pour le moment

Dans ce cadre, si la note de BNP Paribas n’as pas été mis en péril pour le moment, avec Aa2 pur la dette de long terme et des dépôts et B- pour le BFSR, Moody’s a tout de même annoncé que la perspective négative pourrait déboucher sur "un déclassement de plus d’un cran". Pour le moment, Moody’s convient que :

"la profitabilité de BNP Paribas et sa base en capital fournit actuellement une assise adéquate pour supporter l’exposition de la banque à l’Irlande, à la Grèce et au Portugal"

On peut donc s’attendre à une journée très compliquée pour les trois banques françaises à la Bourse de Paris.