Les Bourses européennes se replient encore, crainte pour l’économie mondiale

Publié le jeudi 4 août 2011,
par AFP

Les Bourses européennes reculaient de nouveau mercredi matin, devant l’accumulation de mauvaises nouvelles des deux côtés de l’Atlantique...

2
0
0
0

Les Bourses européennes se replient encore, crainte pour l’économie mondiale

Les Bourses européennes reculaient de nouveau mercredi matin, devant l’accumulation de mauvaises nouvelles des deux côtés de l’Atlantique, les investisseurs s’inquiètant de la santé de l’économie américaine et du regain de tension sur les économies fragiles de la zone euro.

Dans les premiers échanges à 09H45 (07H45 GMT), Paris perdait 0,81%, Londres 1,44% et Francfort 0,81%. Tandis que Milan reculait de 1,44% et Madrid de 0,22%.

"Pour lÂ’heure, le compromis américain évite le pire, mais nÂ’apporte que des réponses partielles, ce qui sera à lÂ’origine dÂ’une fin dÂ’été difficile", a commenté François Duhen du CM-CIC Securities dans une note.

Maintenant que le Congrès a adopté mardi le plan pour relever le plafond de la dette américaine, les inquiétudes des investisseurs se reportent à nouveau sur la vigueur de la reprise américaine.

Dans la foulée de cet accord, l’agence de notation Moody’s a assorti la note des Etats-Unis d’une "perspective négative", ce qui signifie que le pays pourrait perdre à moyen terme son triple A, meilleure note possible, qui permet au pays d’emprunter à des taux très bas.

Les investisseurs se montraient par ailleurs très méfiants d’autant que des indicateurs américains très importants seront publiés dans l’après-midi outre-Atlantique, notamment les chiffres ADP de l’emploi dans le secteur privé et l’indice ISM d’activité dans les services en juillet.

Vendredi, les chiffres de la croissance américaine au premier semestre, très décevants, ont fait l’effet d’une douche froide sur les investisseurs dont certains vont jusqu’à craindre une récession de la première puissance économique mondiale au second semestre.

En zone euro, les craintes de contagion s’accentuent. L’Italie et l’Espagne sont de nouveau sous la pression des marchés et leurs gouvernements se mobilisent pour endiguer la panique même si Bruxelles a exclu toute discussion sur un plan de sauvetage pour ces pays.