Livret A : ça sent le Sapin...

Publié le mardi 27 octobre 2015,
par FT

Record battu pour les retraits sur le livret A : avec près de 2,4 milliards d’euros de retraits pour le seul mois de septembre, le livret A n’attire plus du tout. Et pour cause. Les contribuables non imposables sur les revenus seront encore plus nombreux en 2016. Pour ces derniers, l’épargne réglementée, dont le livret A, n’a aucun intérêt.

2
0
0
0

Livret A : rien ne va plus !

La décollecte a atteint un niveau record, avec 2,38 milliards d’euros de dépôts envolés au mois de septembre. C’est le sixième mois consécutif de retraits massifs du [a[livret A]a]. La raison principale de ce désamour est son taux, abaissé depuis août dernier, en passant sous le seuil psychologique de 1% à 0.75%, les épargnants s’en détournent donc largement, en faveur du [a[PEL]a] et des [a[fonds euros]a], bien plus rémunérateurs.

Livret A : un taux de 0.75% pourtant anormalement élevé !

Le taux du livret A à 0.75% est pourtant anormalement élevé. Son taux théorique n’est que de 0.25%. Maintenu artificiellement par le gouvernement au niveau de 0.75%, pour des raisons électoralistes, le livret A ne devrait pas intéresser davantage en 2016. Et pour cause... Le nombre de contribuables imposés sur les revenus va baisser. Or, qui a intérêt à réellement utiliser le livret A ?

Livret A : de moins en moins d’épargnants ont intérêt à l’utiliser !

Pour utiliser un placement défiscalisé comme le livret A, encore faut-il être imposable sur les revenus ! C’est une lapalissade, mais visiblement tout le monde ne comprend pas. Or, avec la nouvelle baisse des [a[impôts]a] confirmée pour 2016, ce sera encore près de 1 million de foyers fiscaux qui vont être exemptés du paiement de l’impôt sur le revenu. Ces foyers n’auront donc plus aucun avantage à faire appel au livret A pour placer leurs liquidités. Pour ces contribuables, les livrets fiscalisés sont plus rémunérateurs, et ce, même si une bonne partie d’entre eux n’ont pas encore le bon réflexe.

Ainsi, en abaissant les impôts, le livret A subira un effet collatéral en perdant son attrait pour davantage d’épargnants. L’objectif du livret A, le financement du logement social, n’est de son côté aucunement menacé pour le moment, car le pactole restant placé est encore largement suffisant. Pour preuve, une partie des fonds du livret A déposé à la CDC est actuellement placée sur les marchés financiers, un comble, pour un placement sensé financer les logements sociaux. Comme quoi, le livret A, c’est vraiment du n’importe quoi...

Livret A : ça sent le Sapin... finance, Livret A 2016 Super Livret