Livret A : une baisse de taux à 0.25% souhaitée par les banques

Publié le vendredi 15 mai 2015,
par FT

Les banques s’allient pour demander une baisse de taux du livret A. De la Banque de France au Crédit Agricole, les banques préconisent une nouvelle baisse du taux du livret A, maintenu artificiellement par le gouvernement à 1%. Le taux théorique du livret A affiche actuellement 0.25%.

2
0
0
0

Un taux du livret A à 0.25% au 1er août ?

Avec le niveau actuel de l’[a[inflation]a], le taux théorique du [a[livret A]a] est de 0.25%. Les banques souffrent du niveau actuel de rémunération, trop largement situé au-dessus de l’inflation. C’est pourquoi les messages d’alertes se multiplient ces derniers jours, afin de tenter d’influencer le gouvernement. La décision de baisse du taux du livret A reste toujours politique, même si les épargnants avertis ont déjà pris la peine de placer leurs liquidités à meilleur compte.

- la Banque de France souhaite une baisse de taux du livret A

Le taux du livret A, maintenu politiquement à 1% fait l’unanimité contre lui, pour les professionnels de la finance. Le gouverneur de la Banque de France a vivement critiqué ce taux irrationnel par rapport aux conditions de marché, dont le « niveau élevé constitue une anomalie unique dans la zone euro  ». Pour Christian Noyer, « cette déconnexion  » des taux administrés gêne la transmission de la politique monétaire de la BCE.

- le [a[Crédit Agricole]a] souhaite une baisse de taux

Lors de la présentation des résultats du Crédit Agricole à la presse, mardi soir, Jean-Paul Chifflet, le patron de Crédit Agricole SA (Casa), a attaqué les taux de rémunération des produits d’épargne réglementée. « La hausse du crédit et la hausse de l’épargne devraient permettre à la banque de détail en France de surperformer. Malheureusement, les taux extrêmement bas pèsent trop sur nos marges alors que notre production de crédits est excellente. L’épargne, de son côté, coûte trop cher aux banques et pénalise aussi notre pays », a-t-il détaillé.

« Les pouvoirs publics maintiennent - contre toute logique - des taux de rémunération très élevés. C’est un handicap pour notre pays (...) L’Etat doit avoir le courage de cette décision. La France privilégie l’épargne à l’[a[investissement]a]. A mon avis, c’est une erreur. Les Français veulent que la croissance revienne. Ils ne veulent pas seulement d’une épargne chère, surtout si elle pénalise le redémarrage économique  ».

Livret A : une baisse de taux à 0.25% souhaitée par les banques Livret A 2015, politique Super Livret