Perte du Triple A de la France : Vendredi 13, un vrai jour de chance ?

Publié le vendredi 13 janvier 2012,
par FT

Enfin ! L’annonce de la perte du triple A de la France devrait être officielle dans quelques heures. Et si c’était une bonne nouvelle ? Un déclencheur pour réveiller le pays et commencer des réformes budgétaires efficaces ?

2
0
0
0

France : Perte du Triple A

L’abaissement de la note française par l’agence de notation Standard&Poor’s est imminent. Plusieurs autres pays européens devraient suivre le même sort, l’abaissement d’un cran.

L’agence de notation a décidé de dégrader la France en lui retirant sa note d’excellence triple A mais a maintenu les notations AAA de l’Allemagne, des Pays-Bas et du Luxembourg, a indiqué à l’AFP une source gouvernementale.

"La France perd son triple A", a déclaré cette source sous couvert de l’anonymat,ajoutant que d’autres pays allaient sans doute subir le même sort. L’agence a informé ces gouvernements de sa décision, selon la source.

Un triple A de perdu, c’est 10 bonnes mesures budgétaires de retrouvées ?

La perte du triple A français n’est en rien une surprise. Attendue depuis longtemps, cet abaissement de la note est justifié. L’Allemagne et quelques pays du Nord, gardent quant à eux leur triple A, leur gestion et leur facilité d’adaptation aux changements économiques mondiaux montrent combien le chemin est long pour la France.

Mais si cette perte de cette note d’excellence pouvait être un déclencheur ?

La gestion calamiteuse du budget de l’Etat depuis des dizaines d’années doit se payer un jour. Ce jour pourrait être venu. Mais à la veille d’élections présidentielles, personne ne semble vraiment à même de redresser la barre. Les propositions des uns comme des autres ne sont pas à la hauteur du gouffre qui nous fait face. Et pourtant, cela pourrait être une occasion unique de prendre les bonnes décisions de gestion ! Espérons tout au mieux qu’une fois les élections passées, des décisions de gestion financière efficaces seront prises, quitte à augmenter une impopularité sous-jacente, il vaut mieux prendre des décisions impopulaires juste après son élection, que juste avant !