"Règle d’or" : Ségolène Royal voudrait lui donner plus de brillant

Publié le lundi 22 août 2011,
par AFP

En réponse à François Fillon, Ségolène Royal, candidate à la primaire PS, propose d’ajouter 7 autres règles à la "règle d’or"...

2
0
0
0

"Règle d’or" : Ségolène Royal souhaite "un ordre social juste"

Ségolène Royal, candidate à la primaire PS, a répondu lundi à François Fillon par une tribune publiée dans Le Figaro, en lui proposant d’ajouter à sa "règle d’or" budgétaire sept autres règles, de diamant, d’argent, de fer... visant à aboutir à un "ordre social juste".

"Je vouspropose, en complément de votre +règle d’or+, les règles d’un ordre social juste pour mettre fin aux désordres injustes : désordres des banques qui dictent leur loi aux Etats et aux peuples, désordre des spéculateurs qui vampirisent la création de richesse par le travail", écrit Mme Royal,candidate socialiste à l’élection présidentielle de 2007.

Règle d’or : les propositions de Ségolène Royale

Et d’énumérer : "La règle de diamant : que le principe de justice fiscale soit aussi inscrit dans la Constitution ; la règle d’argent : que l’égalité fiscale soit faite entre les entreprises du CAC 40 et les PME ; la règlede fer : que soient interdites les stock-options et les sur-rémunérations des traders".

Autres règles que Mme Royal souhaite ajouter : "La règle du respect : que les valeurs humaines l’emportent sur les valeurs financières (...) ; la règle de bon sens : qu’un euro dépensé soit uneuro utile (...) ; la règle de croissance : que soit créée une [a[banque]a] publique de financement des PME et des stratégies industrielles capable de générer des emplois et d’augmenter les salaires".

Dans cette tribune, la présidente de la région Poitou-Charentes demande à François Fillon s’il peut "affirmer que, si cette règle de la maîtrise du déficit public avait été posée en 2007, vous auriez pu engager les dépenses suivantes : [a[bouclier fiscal]a], allègement de l’[a[ISF]a], exonération des heures supplémentaires, création de [a[niches fiscales]a] et sociales ?".

François Fillon a mis samedi la pression sur le Parti socialiste en lui demandant de faire preuve de "responsabilité", au nom du "sens de l’intérêt national" face à la crise de la dette, et d’adopter la "règle d’or" de retour à l’équilibre budgétaire.